Carrières Militaires Américaines

Articles punitifs de l'UCMJ (article 91 - Insubordination)

Article 91 : Conduite insubordonnée envers un adjudant, un sous-officier ou un PO

Officiers et cadets

Qu'il s'agisse d'une conduite indigne ou d'insubordination avec un officier supérieur, il y a de fortes chances que si cela est rendu public via les médias sociaux, votre carrière militaire est terminée. Maintenant, avec les publications sur les réseaux sociaux, il est très facile de se faire remarquer par la chaîne de commandement, ce qui peut être une conduite inconvenante ou même de l'insubordination en fonction des détails de ce qui est dit avec des preuves photo ou vidéo.



Vous avez le devoir d'obéir aux ordres lorsque vous êtes dans l'armée. Étant coupable de désobéissance, il doit être établi que l'accusé a intentionnellement désobéi à un certain ordre légitime qui lui a été adressé personnellement par un marinier, un mandat ou un sous-officier en question. Il ne doit pas y avoir de zone grise avec l'ordre qu'il soit verbal ou écrit.

Les remarques verbales ou écrites de mépris sont des commentaires audacieux qui sont grossiers et insultants directement envers un sous-officier, un sous-officier ou un adjudant. Évidemment, être irrespectueux peut être partagé par diverses méthodes à travers des paroles ou des actes grossiers, indifférents, insolents (silencieux) et impertinence envers l'agent et dans sa vue et son audition.

Les éléments sous 'mépris ou manque de respect' incluent :

• Faire ou ne pas faire certains actes ou imposer certains comportements à l'agent

• Utiliser un certain langage

• Être irrespectueux envers le grade et l'état de l'officier

DÉFENSE ARTICLE 91

Il existe un moyen de se défendre sous réserve de l'article 91 de l'UCMJ. Lorsque la preuve suggère que le doyen a agi d'une manière qui lui enlève son statut d'officier marinier, de sous-officier ou d'adjudant, un interrogatoire à la charge de l'insubordination est méritée. Si le membre supérieur a agi d'une manière qui ne convenait pas à sa propre position, alors la défense a des jambes.

Qu'est-ce que l'insubordination ?

La formulation exacte de l'insubordination est la suivante :

Texte . Quelconque adjudant ou membre enrôlé qui—

(1) frappe ou agresse un adjudant, un sous-officier ou un sous-officier pendant que cet officier est dans l'exercice de ses fonctions ;

(2) désobéit volontairement à l'ordre légitime d'un adjudant, officier non-assigné , ou sous-officier ; ou

(3) traite avec mépris ou est irrespectueux dans le langage ou la conduite envers un adjudant, un sous-officier ou un sous-officier pendant que cet officier est dans l'exercice de ses fonctions ; sera puni selon les directives d'une cour martiale.

Éléments.

(un) Mandat de frappe ou d'agression, sous-officier ou sous-officier .

a) Que l'accusé était un adjudant ou un militaire enrôlé ;

(b) Que l'accusé a frappé ou agressé un certain mandat, sous-officier ou sous-officier;

c) Que le coup ou l'agression a été commis alors que la victime était dans l'exercice de ses fonctions ; et

d) Que l'accusé savait alors que la personne frappée ou agressée était un sous-officier, un sous-officier ou un sous-officier. Remarque : Si la victime était le sous-officier supérieur ou le sous-officier supérieur de l'accusé, ajouter les éléments suivants

e) Que la victime était le sous-officier supérieur ou le sous-officier supérieur de l'accusé ; et

f) Que l'accusé savait alors que la personne frappée ou agressée était son supérieur, sous-officier ou sous-officier.

(deux) Désobéir à un mandat, sous-officier ou sous-officier .

a) Que l'accusé était un adjudant ou un militaire enrôlé ;

(b) Que l'accusé a reçu un certain ordre légitime d'un certain mandat, sous-officier ou sous-officier;

(c) Que l'accusé savait alors que la personne donnant l'ordre était un mandat, un sous-officier ou un sous-officier ;

d) Que l'accusé avait le devoir d'obéir à l'ordre; et

e) Que l'accusé a délibérément désobéi à l'ordre.

(3) Traiter avec mépris ou être irrespectueux dans le langage ou le comportement envers un mandat, un sous-officier ou un sous-officier .

a) Que l'accusé était un adjudant ou un militaire enrôlé ;

(b) Que l'accusé a fait ou omis certains actes, ou a utilisé un certain langage ;

(c) Qu'un tel comportement ou langage a été utilisé envers et à portée de vue ou d'ouïe d'un certain mandat, sous-officier ou sous-officier ;

d) Que l'accusé savait alors que la personne à qui s'adressait le comportement ou le langage était un sous-officier, un sous-officier ou un sous-officier ;

e) Que la victime était alors en train d'exécuter une charge ; et

(f) Que, dans les circonstances, l'accusé, par un tel comportement ou un tel langage, a traité avec mépris ou a manqué de respect audit mandat, sous-officier ou sous-officier. Remarque : Si la victime était le sous-officier supérieur ou le sous-officier supérieur de l'accusé, ajoutez les éléments suivants

g) Que la victime était le sous-officier supérieur ou le sous-officier supérieur de l'accusé ; et

(h) Que l'accusé savait alors que la personne à qui le comportement ou le langage s'adressait était le sous-officier supérieur ou le sous-officier supérieur de l'accusé.

Explication.

(un) En général . L'article 91 a les mêmes objets généraux en ce qui concerne les adjudants, les sous-officiers et les sous-officiers que les articles 89 et 90 ont en ce qui concerne les officiers, à savoir, assurer l'obéissance à leurs ordres légitimes et les protéger contre la violence, l'insulte ou le manque de respect. . Contrairement aux articles 89 , et 90 , cependant, cet article n'exige pas une relation de subordination comme élément d'aucune des infractions dénoncées. Cet article ne protège pas un sous-officier par intérim ou par intérim maître , il ne protège pas non plus police militaire ou les membres de la patrouille à terre qui ne sont pas sous-officiers, sous-officiers ou sous-officiers.

(deux) Connaissance . Toutes les infractions interdites par l'article 91 exigent que l'accusé ait une connaissance réelle que la victime était un mandat, un sous-officier ou un sous-officier. La connaissance réelle peut être prouvée par des preuves circonstancielles.

(3) Frapper ou agresser un mandat, un sous-officier ou un sous-officier . Pour une discussion sur les grèves et dans l'exécution du bureau, voir paragraphe 14c . Pour une analyse des voies de fait, voir le paragraphe 54c . Une agression par un prisonnier qui a été libéré du service, ou par tout autre civil soumis à droit militaire , sur mandat, les sous-officiers ou sous-officiers doivent être inculpés en vertu des articles 128 ou 134.

(4) Désobéir à un mandat, sous-officier ou sous-officier. Voir paragraphe 14c(2) , pour une discussion sur la légalité, la nature personnelle, la forme, la transmission et la spécificité de l'ordre, la nature de la désobéissance et le délai pour se conformer à l'ordre.

(5) Traiter avec mépris ou être irrespectueux dans le langage ou le comportement envers un mandat, un sous-officier ou un sous-officier . Vers exige que le comportement et le langage soient à la vue ou à l'ouïe du mandat, du sous-officier ou du sous-officier concerné. Pour une discussion sur l'exécution de sa charge, voir paragraphe 14c . Pour une discussion d'irrespect, voir paragraphe 13c .

Les règles sont simples. Ne désobéissez pas, ne manquez pas de respect ou ne diffamez aucun militaire supérieur, le service ou son personnel sans en subir les conséquences. Plus les actions d'un coupable montent dans la chaîne de commandement, plus la punition peut être administrée rapidement et durement. Soyez intelligent. Si vous allez être insubordonné ou irrespectueux, ne le publiez pas sur les réseaux sociaux pour que le monde et l'establishment militaire et politique en soient également témoins.